mercredi 25 novembre 2009

Lian Hua

Je n'ai pas encore tous les neurones complétement grillés ...
J'ai même réussi à finir mon histoire pour les belles illustrations d'Aurélien.
Voici le premier jet de Lian Hua, Fleur de Lotus, inspiré d'un conte thaïlandais ...
N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez :)

Il y a fort longtemps, dans un coin reculé de l'Asie, vivaient un homme et sa fille unique, Lian Hua. Narong était très riche mais fort triste depuis qu'il avait perdu sa tendre épouse. Lian Hua était devenu le plus grand trésor de son père : elle était aussi belle que sa mère disparue trop jeune. Elle était aussi douce que la brise du matin sur le lac. Elle était aussi fragile que la vie qui disparaît sans un mot.

Et comme tout trésor, son père veillait sur elle avec une bienveillance étouffante. La jeune fille avait interdiction de quitter la demeure. Certes, le palais était vaste et cossu mais depuis les années qu'elle y était enfermé, Lian Hua voulait s'en évader. Elle passait son temps à la fenêtre : elle regardait les arbres et rêvait de liberté. Elle scrutait le lac et rêver de s'y baigner.

Un matin, la jeune femme décida de braver les interdits : aujourd'hui, elle irait se baigner dans le lac. Elle n'en pouvait plus et puis que pouvait-il bien lui arriver ? Rien qui ne pourrait la retenir à cette vie qu'elle ne supportait plus. Lian Hua déjoua toutes les surveillances et parvint à sortir.

L'air était doux et parfumé, la brise carressait son visage. Pour la première fois, la jeune fille souriait : elle se sentait libre. Au bord du lac, elle ôta son kimono et rentra dans l'eau. Quelle sensation ! Elle se laissa porter par les ondes, en rêvant.

Tout à coup, elle sentit quelque chose lui agripper le pied et la tirer violemment. Non ! Que se passait-il ? Lian Hua hurla mais trop tard, elle était déjà sous les eaux. Elle perdit connaissance alors qu'on la tirait vers les profondeurs les plus obscures du lac.

Lorsqu'elle reprit connaissance, elle était devant son ravisseur. Lian Hua poussa un cri d'effroi à la vue de ce monstre mi-homme, mi-crocodile, qui se tenait devant elle, avec son regard perçant. « Ne soyez pas effrayée ! Je suis Jalawan, l'homme crocodile. Lorsque je vous ai vu, je n'ai pu résisté à votre beauté. Soyez mon invitée avant de devenir ma femme... ». Mais aucun mot ne sortit de la bouche de la jeune fille.

Il la laissa seule dans cette somptueuse chambre. Les idées se bousculaient dans sa tête. Comment était-elle encore en vie ? Et où était-elle ? Derrière la fenêtre, un banc de poissons multicolores nageait... Et lui, qui était-il ? Une chose était certaine : jamais elle ne l'épouserait !

De son côté, son père dut se rendre à l'évidence : la malédiction s'abattait une nouvelle fois sur sa famille. Sa fille avait belle et bien disparu. Désespéré, Narong promit une énorme récompense à qui lui ramènerait Lian Hua. Le message circula rapidement à travers tout le pays.

Tous les hommes avides d'argent se présentèrent devant Narong. Chacun était persuadé de sauver Lian Hua. Et en chacun d'eux, le père plaçait tous ses espoirs. Tous promirent de réussir cette quête mais aucun ne revint au palais.

Puis un matin, alors que Narong se sentait mourir de chagrin, He ping, un pauvre pêcheur vint offrir ses services. « Je vous ramènerais votre fille mais je ne veux pas de votre or, dit le pêcheur.
-Mais que veux-tu donc ? Demanda Narong étonné.
-Je veux épouser votre fille, déclara-t-il très respectueusement.
-Retrouve Lian Hua et tu l'épouseras ! Répondit le père sans espoir. »

He Ping retourna au bord du lac. Il avait vu rentrer Lian Hua dans ces eaux troubles. Comment pouvait-il l'oublier ? Il avait été envouté par tant de grâce. Il se souvenait l'avoir regardé se baigner. Il se souvenait aussi avoir détourné les yeux quelques instants et lorsqu'il l'avait cherché de nouveau, elle n'était plus là... He Ping s'était alors persuadé d'avoir rêvé. Mais aujourd'hui, il savait qu'elle était bien là ce jour-là...

Et si Jalawan était encore là? Tous les pêcheurs connaissaient la légende de l'homme crocodile. He Ping avait entendu cette folle histoire de la bouche de son grand-père et s'il avait raison ... Si Jalawan avait pris Lian Hua ?

Pour en avoir le coeur net, HePing attendit la nuit. Le pêcheur alluma une bougie, qu'il plaça au bord du lac. Comme le disait les anciens, une lumière plaçée dans l'alignement de la lune devait conduire à Jalawan. En effet, les eaux se séparèrent et He Ping put alors descendre au fond du lac.
Si vous souhaitez connaître la fin des aventures de Lian Hua, envoyez-moi un petit mail :)

11 commentaires:

ceanothe a dit…

Une histoire proche de la belle et la bête, j'adore également l'illustration.

valy a dit…

C'est très beau, , comme le dit Ceanothe, cela me fait aussi penser à la belle et la bête.

ccédric a dit…

Salut !
Moi je trouve ce début très interressant, j'ai hate d'avoir la suite...

Bonne journée !

Rozenn a dit…

La suite! la suite! :D

evelyne a dit…

OUi, oui, oui... je voudrais bien connaître la suite. j'aime beaucoup ! Bravo et j'espère que tu vas mieux !

Bénédicte a dit…

Je vous l'ai envoyé ... dites-moi ce que vous en pensez !
Merci Evelyne : ça va mieux :) Je serai en forme pour Montreuil !

Lise a dit…

J'adore ton conte de fée asiatique, c'est si doux...et je sens que les images vont être fantastiques aussi !

mandoline a dit…

C'est très très beau,Bravo à tout les deux!

joce a dit…

L'illustration est superbe. Quelle chance de travailler avec Aurélien !
L'histoire est belle, dans la même veine que la Belle et la Bête, bien sûr.
On devine qu'elle sera la fin...
Un projet pour les éditions du Jasmin qui aiment les contes poétiques ?

joce a dit…

AÏE !
Mon orthographe est déplorable, désolée.

letemps-d a dit…

Joli conte de fée et belle illustration. Bon week-end
Bérangère