dimanche 16 novembre 2008

Le mystère du Youboundé

Je me suis prise au jeu du mercredi et j'ai tellement aimé la définition du YOUBOUNDE qu'en a fait Sabbio que je lui ai écris une histoire ...
Voici le premier jet du Youboundé et j'espère pouvoir très vite vous montrer une illustration de ma complice :)
Très bonne lecture ...

Le soleil se lève sur le petit village de Tigolo. Oko, réveillé en sursaut sort de la case en s'étirant. « Tient, Babacar n'est pas à l'ouvrage ! ». Inquiet de ne pas voir son grand-père affairé à son tour de potier, le petit garçon se précipite chez lui. Babacar est étendu sur sa paillasse, incapable de bouger. Oko s'approche, s'agenouille et éponge le front du vieil homme.
« Sage Babacar, que dois-je faire pour te soulager ?, demande Oko.
-Youboundé ..., murmure le vieillard avant de s'assoupir ».
Oko sent bien que s'il n'agit pas maintenant et tout de suite son grand-père ne survivra pas.
Mais que signifie « Youboundé » ? Oko n'en a jamais entendu parler. Et le seul qui pouvait le renseigner était Babacar, son grand-père, le sage du village.
« Peut-être qu'Abou aura une idée ?, pense Oko ».
Justement son ami arrive à grands pas.
« J'ai appris pour ton grand-père
-oui, sais-tu ce que veut dire « youboundé » ?, interroge Oko
-quoi ? Je ne sais pas , répond Abou perplexe, mais je sais qui pourra nous renseigner ... la sorcière.»



Oko en tremble d'avance mais il sait qu'elle seule pourra les aider.
Les deux garçons partent donc questionner la sorcière. Abou connait le chemin qui mène à sa case. Assise devant une grosse jarre, elle prépare une mixture brunâtre en chantant : « Ce n'est pas trop tôt ! Je savais que tu viendrais. Tu dois faire vite, dit la vieille femme.
-oui mais que dois-je faire ?
-Ecoutes-moi attentivement : tu dois trouver le youboundé, répond-elle en le fixant dans les yeux.
-Qui ?
-Non, pas qui mais quoi ! C'est un arbre, ricane-t-elle. Trouves les éléphants : ensuite, ton coeur fera le reste. Prends ça et va-t-en ! Dit-elle en lui tendant un petit sachet. »


Les deux enfants partent donc à la recherche des pachydermes. Le soleil est déjà haut dans le ciel de la savane lorsqu'Oko aperçoit le troupeau d'éléphants. Une très vieille éléphante s'approche d'eux et se met à barrir, trompe en l'air. Les garçons s'immobilisent transit de peur : l'éléphante enroule sa trompe autour du bras d'Oko et l'entraîne vers l'ouest. Elle semble vouloir lui dire quelque chose mais quoi ? Abou réfléchit et lance à son ami « Elle indique la direction des girafes ! ». L'animal s'immobilise, barrit et leur lance un jet d'eau afin de les rafraîchir ! Ils savent désormais où aller : ils reprennent le chemin du youboundé.


Ils accélèrent le pas car ils savent que le temps presse. Seuls au milieu de la savane, les enfants se posent mille questions à propos du sachet donnée par la sorcière « Qu'est-ce que c'est? Se demande Abou
-Tu crois que cela se mange ? Interroge son ami, j'ai faim. »
Enfin au terme d'une longue marche, ils voient au loin les girafes. Pour ne pas les effrayer, les enfants s'approchent à pas feutrés : la plus grande des girafes se retourne et s'agenouille près d'Oko. Celui-ci n'ose faire le moindre geste. Avec sa tête la girafe l'incite à grimper sur son cou : Oko n'est pas rassuré mais obéit. Bien accroché, il scrute l'horizon et au milieu de nulle part, un arbre trône fièrement. Oko caresse doucement le crâne de la girafe, qui le pose délicatement à terre.
Une autre girafe dépose à leurs pieds quelques fruits bien sucrés, que les enfants dégustent avec appétit.


« Allons y ! » Oko suit son instinct et entraine Abou vers le soleil déclinant. Enfin, ils devinent une silhouette au loin « Par là ! Le youboundé ! ».
Les enfants retrouvent un peu d'espoir en trottinant vers l'arbre. Soudain, un rugissement terrible se fait entendre : un énorme lion, menaçant, vient de surgir d'on ne sait où.
« Cours ! » dit Oko et sans réfléchir, attrape le sachet donné par la sorcière et tout en courant, jette le contenu vers l'animal. Celui-ci se retrouve prisonnier dans un épais brouillard marron. Les deux garçons courent, courent, courent sans se retourner. À bout de souffle, ils se réfugient entre les racines du youboundé.



Si vous souhaitez connaître la suite des aventures d'Oko, envoyez-moi un petit mail !

6 commentaires:

Sabbio a dit…

Miss Bénédicte, je n'arrive toujours pas à te faire parvenir mes mails :(
Je ne sais pas si ça vient de aol ou de ma boîte :( Par contre j'ai les tiens... j'essaie une dernière chose...

Et puis sinon, vive le youboundé!!! :D

Rebz a dit…

l'histoire est superbe ! je veux bien lire la suite !! :) j'ai hâte de voir les illustrations de Sabbio !! :)

Anonyme a dit…

comment fais tu pour écrire autant!!! Ton rythme m'épate! Il me faut trois semaines, un mois, pour faire un texte... Je suis fana pour la suite
Bon dimanche
Fripouille

mandoline a dit…

Moi aussi tu m'épate!je suis sur que dans la garrigue de Vingrau se cache un youboundé!
Le texte est superbe!
Moi aussi je suis prenante pour la suite!
Avec les illustrations voila un beau livre en perspective!

Mic a dit…

... mais... ça veut pas dire "lieu bondé" alors ?!

Coralie colorie a dit…

Un projet sur l'Afrique, ça promet de très belles couleurs ! J'ai hâte !